losan-charo

losan-charo

Mini-histoires


Atelier d'écriture (Bric à Book)

 

Surfer ses larmes

 

table bar restaurant

 


 Texte issu de l'atelier d'écriture "une photo, quelques mots" du blog Bric à Book !


 

 

 

Lisse et miroitant telle une eau calme, le bois verni de ma table me tire les larmes ce midi. Insulaire perdu sur mon tabouret au beau milieu du bar-restaurant, je me noie dans les fibres de ce bois sombre. Fibres qui se nouent en pelote au fond de ma gorge. Les premières gouttes filent de mes yeux en crue et percutent le dur plateau de la table où mon reflet a pris place. Il est encore trop tôt ; personne pour me voir pleurer. La solitude comme seul remède. Il y a de ces choses qui se jouent en nous-même parfois… Ces choses qui vous prennent dans vos bras comme un câlin trouble. Ni joie, ni peine, ou peut-être un soupçon de tout ça… Un cocktail frappé de je ne sais quoi ; doux-amer. Pourquoi tenter de retenir le fleuve de ses émotions ? Laisser couler ses eaux agitées. Voguer sur ses flots aquarelle comme un explorateur, un aventurier ou un artiste en quête de… rien. Rien d'autre que de surfer la vague. Les eaux vivantes sortent de leurs lits pour nous extirper du nôtre. Ce midi, je surfe mes larmes ! Un sourire au coin des lèvres, je reprends le large.


11/07/2015
9 Poster un commentaire

Full dialogue

 

Elle est à croquer

 

gateau au chocolat

 


— Hé elle est bien dodue comme il faut celle-là non ?!

— Hum c'est clair.

— T'en ferais bien ton quatre-heures hein mon p'tit salaud ?

— Non, non, il faut que je me raisonne un peu quand même.

— Mais vas-y lance-toi, t'attend quoi ?

— Je me raisonne c'est tout. Et ferme-la un peu ok.

— La fermer… tu plaisantes ?! Je veux absolument voir cette charmante petite chose entre tes mains et sous tes baisers mordants.

— Pervers. Juste ferme-là, c'est tout !

— …

— …

— Tu ne peux pas m'échapper. Tu seras obligé de céder.

— Et c'est reparti ! Tu es sous mon contrôle, je n'ai rien à craindre de toi.

— Sous ton contrôle ? vraiment ? Tu es incapable de me faire taire.

— …

— Tu vois, c'est toi qui reste sans voix. Alors chope-moi ce joli p'tit morceau tu veux ! Tu as vu comme sa peau a l'air douce et sucrée, comme son parfum est gourmand et comme elle fond pour toi…

— Humm… Arrr ok ! Je la dévore du regard depuis bien trop longtemps.

— Oui c'est bien, il faut assouvir ses pulsions.

— …

— Hé pas si vite, laisse-moi le temps de savourer l'instant.

— …

— Mais quel sauvage ! Un peu plus de douceur.

— …

— Quel ogre, quelle passion !

— …

— Humm, quel délice. Encore un peu…

— …

— Eh ben, t'en a mis partout ! Quel salopard.

— …

— Alors c'était bon hein ?!

— Ouai, mais je te préviens, c'est la dernière fois que je t'écoute comme ça.

— Mais oui, bien sûr…

— …

— Je suis la petite voix dans ta tête, ton mental en roue libre, et je sais très bien qu'on s'en empiffrera encore du… bon gros gâteau au chocolat…


17/05/2015
0 Poster un commentaire

Divagations

 

Douce dérive

 

baleine

 

 

La lune et le soleil ont fusionné ce soir...

Sous leur éclat onirique s'écoule un monde nouveau, un autre reflet du cristal...

La vie comme un prisme nous inonde de ses couleurs.

La réalité se métamorphose et le temps se tue.

Au centre d'un mystérieux océan, une roche d'eau pure et millénaire dérive parmi les vents et courants féériques.

Les baleines dansent dans le clair-obscure et font ricocher leurs cris en échos envoutants ; délicieux.

Les étoiles baignent leur corps ardant dans la liqueur glacée et ondoient des plus touchantes vibrations.

Le ciel coule sous nos pieds et ruisselle dans nos yeux arc-en-ciel.

 

 


06/05/2015
0 Poster un commentaire

Défi d'écriture

 

 

Écrire sous forme de challenge

Une photo pour point de départ…

 

 

nuit etoilee

 


13/04/2015
0 Poster un commentaire

Amour noir

 

Relation toxique

 

 rose noir

 


La lettre ouverte d'une jeune inconnue avouant les tourments de sa relation amoureuse.


 

 

 

À toi devant ton écran, laisse-moi te raconter comment l'amour peut déraper, doucement glisser... Laisse-moi te dire comment la prodigieuse tempête des sentiments peut faire sombrer le plus aguerri des marins...

 

Je ne suis plus moi-même. La vie, le monde est pure folie... Ma tête tourne à n'en plus finir, son amour me rend folle. Dans ce tournis exquis aux frontières du supplice, mon esprit ne voit plus que par lui. Est-il le diable ? M'a-t-il envoutée ? Je suis paralysée... Une aura, une odeur, un regard, un geste... je suis sous le charme. Une seconde sans être à ses côtés, et c'est tout mon univers qui vacille. Je perds l'équilibre.
Je suis obsédée. Ses mains me brûlent et son souffle me murmure des silences. Un magnétisme puissant m'attire aux confins du réel. Cet homme est ma drogue. Un poison toxique qui ronge mon corps et mon coeur. Une substance qui est à la fois venin et antidote. Il est cet oxygène qui remplit mes poumons. Il est cet oxygène qui oxyde mes pensées. Comment me défaire de l'emprise du mâle ? Est-il en cause ? Suis-je moi-même fautive ? Je ne sais plus... M'éloigner de lui n'a pas suffi. Je l'aime, oui ! mais j'ai pourtant envie de le tuer parfois... Le tuer comme on cueille une jolie fleur pour la garder près de soi. Cette relation toxique nous consume... J'ai lu dans ses yeux la frénésie. Nous en sommes au même point. L'idée de mourir de ses mains est même devenue attrayante... Lequel de nous tuera l'autre en premier ? Quand cessera ce paradis endiablé, cet enfer délicat ? Ces moments doux passés ensemble, ces moments brûlants où son désir, son corps et son âme, pénètrent au plus profond de mon être... Son sourire, son visage... Pourquoi es-tu apparu sur ma route ? Je bénis et maudis le ciel de t'avoir mis sur mon chemin un beau jour. Je l'aime, mais je vais le tuer. Je l'aime, mais vais devoir le tuer...

 


23/02/2015
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser